Le Nouvel Antisémitisme en France, le livre manifeste

Informations


Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, à Paris, Sarah Halimi, une retraitée de 66 ans, ancienne directrice d’école maternelle, est battue à mort avant d’être défenestrée. Malgré des preuves flagrantes, il aura fallu près d’un an pour que la justice retienne le caractère antisémite de l’acte. Pire encore, ce crime a longtemps été occulté par les médias. Pourquoi ce silence ? Quelle est cette gêne pour nommer la nouvelle haine des Juifs en France ? D’où vient cette complaisance de la part de certains ? Seize intellectuels ont décidé de se mobiliser pour dénoncer un véritable déni de réalité et réhabiliter la mémoire de Sarah Halimi. L’assassinat de Sarah Halimi autant que les crimes antijuifs commis en France depuis les années 2000, leur traitement médiatique et judiciaire, dessinent les contours d’un tournant idéologique particulièrement inquiétant. Ces textes ici rassemblés tirent le signal d’alarme et appellent à une urgente prise de conscience. Car la violence dont sont victimes les Juifs est révélatrice d’une menace qui va bien au-delà de la seule communauté juive. Cette menace touche notre société, nos libertés et notre République. http://www.albin-michel.fr/ouvrages/le-nouvel-antisemitisme-en-france-9782226436153

A propos de Collectif


A propos de Le Nouvel Antisémitisme en France


Contexte

L'ouvrage a été précédé par la publication dans le Parisien du Manifeste contre le nouvel antisémitisme, signé par 300 personnalités du monde intellectuel, politique et religieux, dénonçant une « épuration ethnique à bas bruit » des Juifs de certains quartiers en France, et d'une pétition qui a récolté près de 35 000 signatures.

Contenu

L'ouvrage rassemble des textes alertant sur la menace posée sur la communauté juive française par un nouvel antisémitisme généré et propagé par l’islam radical. Les auteurs estiment que l'assassinat de Sarah Halimi a été occulté par les médias et n'a été reconnu et qualifié comme crime antisémite, qu’après un « long combat judiciaire ». Ils soulignent que « de ne pas avoir voulu désigner son origine tient du déni de la haine anti juive largement présente parmi les jeunes français de culture arabe ou musulmane » qui a conduit depuis 2006, aux meurtres de douze Juifs français parce que juifs. Selon eux, la « gêne à nommer l’antisémitisme islamique favorise des passages à l’acte » comme l'assassinat de Mireille Knoll en mars 2018.

Contributeurs

Élisabeth de Fontenay, Georges Bensoussan, Pascal Bruckner, Luc Ferry, Noémie Halioua, Barbara Lefebvre, Eric Marty, Lina Murr Nehmé, Boualem Sansal, Daniel Sibony, Jacques Tarnero, Monette Vacquin, Philippe Val, Caroline Valentin, Jean-Pierre Winter, Michel Gad Wolkowicz.

Plus d'informations